Back to top

Le personnel soignant: nos nouveaux héros

Depuis le tout début de la pandémie de COVID-19, les professionnels de la santé sont en première ligne. À l’hôpital comme dans le secteur des soins à la personne, nombreux sont ceux qui ont payé ce travail de leur vie, souvent en raison du manque d’équipements de protection.

Rendre hommage aux héros

Les médias, les pouvoirs publics et les citoyens ont élevé les infirmières, les médecins et l’ensemble des professionnels de santé au rang de héros. Chaque soir, à 20 heures, les gens se sont mis à applaudir, de leur fenêtre ou de leur balcon. Cette tendance, devenue virale, s’est répandue partout en Europe et restera l’un des souvenirs les plus marquants de cette crise du coronavirus.

Mais les manifestations de gratitude ne se sont pas réduites à ce geste symbolique. Elles se sont concrétisées par de nombreuses initiatives de particuliers et d’entreprises, comme la préparation de repas destinés au personnel hospitalier par des établissements allant du bistrot du coin au restaurant étoilé, ou la fabrication massive et spontanée d’équipements de protection. Ce soutien s’est aussi affiché visuellement. Dans toute l’Europe, les villes et les villages ont exprimé leur reconnaissance au personnel médical, notamment par des bannières accrochées aux balcons ou des dessins d’enfants plaqués aux fenêtres.

Les membres du corps infirmier et médical sont représentés comme les nouveaux superhéros de la période difficile que nous traversons. En Pologne et en Italie, des portraits filmés et des photographies sont exposés dans les espaces publics. En Roumanie, une agence de communication a même eu l’idée de les représenter sous la forme de saints et de divinités issues de différentes traditions spirituelles (provoquant la colère de certaines instances religieuses).

Craintes

Que les soignants soient des héros ou des saints ne les a pas empêchés d’inspirer la méfiance et la peur. Dans plusieurs pays européens, les médias ont fait part de la discrimination voire de l’hostilité que certains ont pu subir de la part de voisins craignant qu’ils ne soient infectés. Heureusement, ces actes ont souvent été contrebalancés par de nouveaux témoignages de soutien et de solidarité.

Manifestations de protestation

Même s’ils sont reconnaissants aux personnes qui les soutiennent, les professionnels de santé ont également protesté massivement sur l’ensemble du continent contre l’absence de protection qui les exposait fortement au virus. Inspirés par un médecin français qui avait lancé une action similaire, des médecins allemands ont posé nus en signe de protestation. La nudité symbolise en effet la vulnérabilité et l’absence de protection contre le coronavirus.

Ces actions semblent souligner qu’il est crucial d’accroitre les investissements à long terme dans le secteur public, dont les soins de santé sont l’un des piliers. C’est dans la période d’après-guerre que l’Europe a entrepris d’édifier un système de sécurité sociale et de santé solide, dont la mise en œuvre s’est faite de façon très disparate selon les pays. Il est très sympathique d’applaudir tous les soirs à 20 heures, mais il ne faut pas perdre de vue les réductions budgétaires drastiques qui ont touché les systèmes de santé ces dernières décennies. Combien seront encore là pour soutenir le personnel médical lorsque la pandémie sera passée?

 

Image credit: “Reconocimiento” (recognition), drawing from the sketchbook “Brief graphic recovery of terms of frequent use during the Sars-Cov-2 epidemic” by Carmela del Casar Ximénez, Spain.

GALLERY